Sélectionner une page

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une chose qui fait mal et que vous connaissez peut-être déjà : la douleur sciatique ! Les femmes l’expérimentent bien souvent durant leur grossesse, mais ce fléau touche généralement les personnes entre 30 et 60 ans. Alors, vous avez une douleur sciatique qui dure depuis plusieurs semaines ? Voire plusieurs mois ? Voyons donc ensemble quelles sont les solutions qui existent pour traiter ce problème sans médicaments et sans chirurgie.

C’est quoi une sciatique ?

Communément appelée névralgie sciatique, elle se caractérise par une vive douleur qui démarre dans le bas du dos, traverse la fesse et qui peut descendre jusque dans l’arrière de la jambe. Cette sensation désagréable se produit quand les racines nerveuses se retrouvent irritées ou compressées. L’intensité de cette douleur est assez variable, allant de légère à très intense, elle peut être aigüe ou chronique et elle n’affecte généralement qu’un seul côté du corps.

Un épisode aigu peut durer plusieurs jours, et il est assez courant de ressentir une sorte d’engourdissement dans la jambe. Mais la bonne nouvelle c’est qu’elle n’est pas irréversible. En effet, elle peut être soulagée par des méthodes douces, conservatrices comme les techniques et exercices que vous allez découvrir au travers de cet article.

Quelles sont les causes de cette douleur sciatique ?

Elle peut être causée par un certain nombre de facteurs. Les affections les plus courantes sont les suivantes :

Syndrome du piriforme

C’est un trouble neuromusculaire qui affecte le piriforme. C’est un muscle qui relie la partie inférieure du rachis avec le fémur. Quand il devient trop contracté ou trop spasmé, il peut exercer une pression importante sur le nerf sciatique et déclencher des douleurs dans la fesse, le bas du dos ou la jambe. Dans ce cas précis, on parle plutôt de sciatalgie. Sachez aussi que ce syndrome du piriforme peut s’aggraver si vous restez longtemps en position assise.

Canal lombaire étroit

Aussi appelée sténose lombaire, ce nom barbare signifie qu’on retrouve sur un scanner une diminution de diamètre du canal rachidien lombaire. En d’autres termes, le trou par lequel passent les racines nerveuses et la moelle épinière est rétréci et entraîne une compression nerveuse. Parfois, les vaisseaux sanguins qui alimentent les nerfs peuvent aussi être comprimés et ne plus leur fournir de sang. En conséquence, vous pouvez avoir un mal de dos c’est à dire une « simple » lombalgie. Ou alors la compression d’une racine nerveuse peut déclencher une douleur sciatique par inflammation ou irritation. Dans certains cas plus complexes, il peut aussi y avoir une sensation de picotements ou de fourmillements dans les jambes.

Spondylolisthésis

Ce phénomène, assez rare, correspond en fait au glissement d’une vertèbre, en avant ou en arrière de la vertèbre du dessous. Ce type de lésion est souvent retrouvée par hasard lorsqu’une radiographie du rachis est faite. Généralement non douloureux, le spondylolisthésis peut toutefois comprimer une racine nerveuse à l’endroit où il sort de la colonne vertébrale et provoquer, dans ce cas bien particulier, une sciatique.

Hernie discale

Entre chacune de vos vertèbres, on retrouve un disque fibreux constitué d’un noyau en son centre. Fondamental, il a un rôle d’amortisseur en absorbant les chocs et assure aussi tous les mouvements de la colonne vertébrale (flexion, extension, rotation). En cas d’usure ou de contraintes répétées, le disque peut alors perdre de sa souplesse, se déshydrater et finir par se fissurer. À ce moment là, le noyau situé à l’intérieur peut sortir et venir comprimer les nerfs avoisinants.

La grossesse

La femme enceinte peut aussi être touchée par cette fameuse douleur. La prise de poids et la position du bébé peuvent rajouter des pressions supplémentaires sur le nerf sciatique. En fonction de l’évolution de la grossesse, cette douleur peut aller, venir et disparaître sans raison évidente. Mais ce problème est bien souvent résolu une fois la naissance terminée.

Consulter un médecin

Dans tous les cas, pour poser un diagnostic précis et connaître la véritable cause de votre sciatique, un avis médical est toujours nécessaire.

N’hésitez pas à prendre contact avec votre médecin si :

  • Vos symptômes ne s’améliorent pas
  • Votre douleur s’aggrave progressivement avec le temps
  • Vous souffrez de ces symptômes après un choc ou un traumatisme comme par exemple un accident de voiture

Comment soulager cette douleur ?

Utiliser les automassages

sciatique automassage

Comme expliqué un peu plus haut, vous pouvez avoir des muscles très tendus, très contractés qui vont exercer une forte compression nerveuse. Les automassages vont permettre de diminuer ces tensions musculaires qui s’accumulent, notamment autour des hanches. Ils vont permettre également de retrouver une meilleure mobilité au niveau de la colonne vertébrale et du bassin.

Vous pouvez vous automasser à l’aide d’une canne, d’une balle de tennis ou d’un rouleau de massage. Ils ont chacun leur utilité et chacun permet d’appliquer des pressions d’intensité différentes. Pour atteindre le muscle piriforme, qui se situe en profondeur, je vous suggère d’utiliser la balle de préférence. Au départ allez-y en douceur. Même si ce n’est pas agréable, ce ne doit pas être douloureux. Le but est d’obtenir un relâchement des muscles, et non de créer des tensions supplémentaires.

Faire des étirements

Une façon efficace de réduire la pression exercée sur le nerf sciatique est de venir étirer les fessiers et tous les muscles autour de la hanche et du dos. Une raideur au niveau de ces muscles, souvent causée par un excès de position assise, peut modifier votre posture et diminuer votre mobilité. Pour toutes ces raisons, il est donc important d’incorporer dans sa routine quotidienne quelques étirements simples pour éliminer les douleurs.

Voici donc 2 exercices à pratiquer régulièrement :

Étirement N°1 : Fessiers + rotateurs externes de la hanche

sciatique étirement

  • En position debout, placez une jambe en hauteur sur un support, perpendiculairement au reste du corps.
  • Gardez la jambe d’appui bien tendue et le dos bien droit. Vous devez ressentir une légère tension dans la fesse.
  • Maintenez environ 30 secondes la position puis changez de côté.

Étirement N°2 : Muscles du dos + chaîne postérieure

  • Allongez-vous au sol sur le dos.
  • Plaquez vos jambes tendues contre un mur ou une porte, en maintenant le bassin collé au sol.
  • Maintenez cette position environ 30 secondes.

Appliquer du froid

Le froid agit comme un anesthésiant, il fige tout. Servez-vous en quand vous commencez à ressentir la sciatique, et vous obtiendrez un soulagement quasi immédiat. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un sac de pois congelés ou un pain de glace que vous appliquez directement sur la zone douloureuse pendant 10 à 15 minutes. Si après quelques jours vous ne voyez pas d’amélioration, vous pouvez faire l’inverse et tester avec du chaud. Avec une bouillotte par exemple. Le plus efficace reste sans doute d’alterner entre le chaud et le froid.

Comment dormir avec cette douleur ?

Si vous souffrez en permanence de cette douleur, vous avez sans doute remarqué qu’il était difficile de réussir à bien dormir dans ces conditions. Pour retrouver un sommeil optimal, vous allez devoir ruser et trouver une position confortable dans laquelle la douleur ne vous empêchera pas de vous endormir. D’ailleurs, vous l’avez peut être déjà expérimenté durant certaines nuits, il y a des positions qui accentuent encore plus vos douleurs. Tandis que d’autres auront plutôt tendance à les soulager.

Pour optimiser votre position de sommeil, vous allez simplement avoir besoin de plusieurs coussins. Si vous aimez dormir sur le dos, aucun souci. Vous placez les coussins sous vos genoux afin de soulager la pression sur le nerf sciatique, et sur toute la zone du bas du dos. En revanche, si vous préférez dormir sur le côté, vous placez les coussins entre vos deux jambes. Cela va permettre d’avoir les cuisses, les jambes et les genoux dans le même alignement que le bassin, réduisant considérablement les tensions autour des hanches et du dos.

Comment éliminer durablement le problème ?

Sachez qu’il existe certains facteurs de risque pouvant favoriser l’apparition de cette douleur comme par exemple l’obésité, le diabète et la sédentarité. Vous pouvez prendre les devants et changez certaines de vos habitudes pour prévenir la réapparition de vos douleurs. En plus de toutes les choses que l’on a vu précédemment, il faut être capable de mobiliser son corps quotidiennement et de le renforcer de manière harmonieuse en corrigeant certains déséquilibres musculaires accumulés au fil du temps. Un entrainement spécifique basé sur des mouvements fonctionnels doit vous permettre de remuscler correctement ce que les américains appellent « the core »(centre du corps). Ce core est en fait représenté par tous les muscles se situant au niveau du bassin, de la colonne et du haut du torse. En conclusion, un centre stable et plus musclé vous assurera une meilleure prévention des douleurs de bassin, de hanches et de dos sur le long terme.

J’espère que toutes ces informations vous seront utiles. Si vous avez aimé cet article, pensez à liker, partager et à me rejoindre sur Instagram 😉 Et si vous souhaitez aller encore plus loin, vous pouvez cliquer ici ou sur le bouton juste en dessous pour recevoir une série de vidéos offertes qui vous aidera à vaincre vos douleurs de manière 100% naturelle.

Lisez aussi : Mal en bas du dos : 7 solutions efficaces pour vaincre la douleur 

Prenez soin de vous, prenez soin de votre dos !

error: Content is protected !!

Pin It on Pinterest

Share This