Sélectionner une page

Vous vous êtes réveillé(e) ce matin avec une douleur au cou ? Votre nuque manque cruellement de mobilité depuis plusieurs jours ? Vous ne comprenez pas pourquoi, et ce mal vous ronge. Pas de panique. Dans cet article, je vous livre des explications simples. Nous allons voir 7 causes probables pouvant expliquer l’apparition de vos douleurs cervicales. On y va !

Douleur au cou : 7 causes courantes à l’origine des cervicalgies

1- Le syndrome du Text Neck

Il faut le reconnaître. Nous sommes tous complètement accro à nos smartphones (je m’inclue aussi dedans). 

D’ailleurs, vous êtes-vous déjà observé en train d’envoyer des textos ?

Honnêtement, de l’extérieur, ça fait vraiment peur. Généralement ça donne ceci :

douleur au cou text neck

Complètement avachi, la tête baissée, le nez enfoui dans l’écran du téléphone… Rien d’idéal pour les cervicales. Alors oui, il n’y a pas vraiment de mauvaises postures. L’important étant de varier régulièrement les positions du dos.

Mais je me suis fait récemment cette petite réflexion en observant des personnes écrire des sms dans la rue. Certes, c’est vrai qu’écrire des textos ainsi ne demande aucun effort musculaire particulier. 

En revanche, d’un point de vue postural, on ne peut pas dire que ce soit optimal. Encore moins si vous êtes sujet aux douleurs de nuque. 

Et plus on prend l’habitude de se tenir bizarrement, plus ces positions deviennent naturelles pour nous. Notre cerveau, nos muscles et nos articulations impriment ces attitudes comme nouvelles références, et il peut devenir difficile de s’en débarrasser par la suite. 

Le corps humain étant un grand feignant, il adoptera plus facilement des postures où la dépense énergétique est plus faible. Bien sûr, ce n’est pas bien grave. Il est assez facile de changer cela.

Mais c’est un travail qui doit se faire consciemment.

Mon conseil : quand vous écrivez un sms, essayez simplement de garder le téléphone dans l’alignement du regard, à l’horizontal. 

Ce principe vaut aussi quand vous êtes au bureau derrière votre ordinateur. N’hésitez pas à ajuster la hauteur de vos écrans pour rendre vos activités plus confortables.

On passe tous énormément de temps devant nos écrans, alors pourquoi ne pas optimiser un peu les choses ? 

2- Un mauvais placement de tête

Comme vous le savez certainement, je porte énormément d’attention aux notions d’alignement entre la tête, les épaules, le thorax et le bassin lors de la réalisation de mouvement sportif. 

À mon sens, ce principe doit être respecté sur tous les exercices de renforcement musculaire.

Que se passe-t-il si cet alignement est rompu ?

Votre colonne est tout simplement plus vulnérable. Et lorsque vous perdez cette capacité à organiser consciemment votre corps autour de cet axe fondamental, un nombre de problématiques et de dérèglements peuvent se mettre en place. 

Par exemple : si votre cou est en position d’hyperextension sur un mouvement sportif qui nécessite une certaine force, vous risquez de créer un énorme stress autour des vertèbres cervicales.

C’est souvent le cas dans des exercices comme le squat, le soulevé de terre, les pompes ou le gainage abdominal.

mauvais placement de tête deadlift

Cela peut créer des compressions autour des nerfs et des disques de la région cervicale. Malheureusement, beaucoup de coachs suggèrent encore de relever la tête lors des exercices cités précédemment. 

Quand vous combinez ces mauvaises pratiques avec les six ou sept heures par jour passées en position assise, on comprend facilement que cela ait des conséquences négatives sur la nuque à moyen et long terme.

3- Le facteur stress

stress et douleur au cou

La douleur est un phénomène complexe. C’est une réaction de l’organisme face à un danger ou une menace perçue. En réponse à cela, votre corps va réagir et vous le faire savoir de façon plus ou moins intense (et aussi plus au moins longue).

Parmi tous les éléments participant au déclenchement de vos douleurs, votre niveau de stress occupe une part non négligeable.

C’est un mal sournois qui agit de manière invisible, sans que l’on ne s’en rende vraiment compte. En vérité, nous pouvons tous encaisser une certaine dose de stress. Nous possédons tous un réservoir plus moins grand.

Mais si l’on n’y prend pas garde, cette réserve peut vite être épuisée. C’est dans ce contexte que les tensions et les douleurs font leur apparition. Et un élément stressant “mal digéré” peut ainsi engendrer une douleur à différents endroits de la colonne. 

Retenez simplement que ce qui se passe dans votre vie a une incidence majeure sur votre état physique et votre ressenti de la douleur.

Quoi qu’il en soit, vous pouvez contrôler ce facteur stress par différentes actions que vous mettez en place dans votre journée. Méditation, respirations, automassages… Toute une panoplie d’outils à utiliser dans votre boîte à pharmacie naturelle pour limiter l’impact du stress.

Vous verrez que, petit à petit, vous limiterez les répercussions sur votre dos. 

4- Une nuit agitée

Cela nous est tous arrivé. Une mauvaise nuit de sommeil et on se retrouve bloqué du cou le matin au réveil. 

Une posture inadaptée maintenue durant 8 heures peut avoir une incidence négative sur vos cervicales. 

Même s’il est difficile de savoir exactement comment on dort durant la nuit, il est toujours possible d’optimiser sa position de sommeil. 

De manière générale, essayez d’éviter de dormir sur le ventre avec la nuque en torsion sur un oreiller. C’est le genre de position qui place énormément de contraintes sur les vertèbres cervicales. 

Privilégiez plutôt la position sur le dos ou sur le côté avec un coussin adapté à votre morphologie (ni trop gros, ni trop mince).

5- Votre redoutable paquet de cigarette

Ou plutôt ce qui se trouve à l’intérieur… 

Le tabac tue, ce n’est plus un secret pour personnes. C’est écrit en gras sur tous les paquets.

Mais ce qu’on sait moins, c’est qu’il peut vous rendre plus sensible à la douleur.

Selon une étude du Human Brain Mapping de 2014, la cigarette pourrait multiplier par 3 le risque de souffrir de manière chronique du mal de dos. 

Les chercheurs de cette étude ont démontré que le tabagisme activait des zones du cerveau associées à la douleur. 

De manière plus précise, dans le cerveau des personnes fumeuses, les connexions cérébrales entre l’addiction au tabac et la douleur sont très fortes et très actives. 

Heureusement, il est tout à fait possible de diminuer l’importance de ces connexions en arrêtant de fumer de son propre chef (et sans traitement médicamenteux). 

En effet, en cas d’arrêt du tabac volontaire, les chercheurs constatent que la sensibilité aux douleurs chroniques chute. Vous savez donc quoi à faire.

6- Un effort inhabituel

Dans la vie de tous les jours, cela peut être un port de charge inhabituel. Dans le sport, cela peut se caractériser par une augmentation trop importante et trop brutale de l’intensité de votre entraînement.

En tout cas, cela se traduit par une agression des muscles, des disques et de toutes les structures autour de la nuque, qui aboutit à une douleur au cou.

Le corps déteste tout effort qui n’est pas progressif. Comme à chaque fois, il a besoin de temps pour s’adapter à une nouvelle stimulation. C’est un paramètre fondamental à prendre en compte pour éviter les petits désordres corporels.

7- Une sollicitation insuffisante du corps

La sédentarité est un des pires ennemis de votre dos et de votre santé générale.

D’abord parce que si l’on arrête de solliciter son corps, ce dernier finit par s’ankyloser et générer tout un tas de troubles musculo-squelettiques. On accumule des tensions. Les mouvements de tête deviennent de plus en plus limités. 

Résultat : on obtient une région cervicale de plus en plus raide et tout ceci se traduit souvent par de l’arthrose cervicale et une certaine compression des disques intervertébraux.

D’autre part, un manque de mouvement engendre une augmentation des risques cardiovasculaires, de diabète et d’obésité.

Il faut donc mettre en place, dans son quotidien, des stratégies pour remédier à ce problème. 

Depuis plus de 20 ans les preuves scientifiques se sont accumulées, prouvant que l’activité physique était le traitement principal des maux de dos. 

Donc plus on avance dans l’âge, plus il devient d’important de mobiliser son corps de manière régulière afin de prévenir l’usure articulaire.

Douleur au cou : comment s’en débarrasser ?

Comme nous venons de le voir, il existe une multitude de variable pouvant perturber le bon fonctionnement de la région cervicale. Cette dernière peut facilement accumuler tension et perte de mobilité.

Le problème de ces douleurs de cou c’est qu’on sait quand elles commencent, mais pas forcément quand elles s’arrêtent.

Alors pour accélérer votre guérison, je vous suggère l’application de ces quelques gestes simples :

  • Automassages doux de la zone douloureuse, et des muscles autour des épaules (particulièrement le trapèze supérieur) à l’aide de vos mains.
  • Application d’une huile essentielle associée à une huile végétale pour calmer la douleur (par exemple : huile essentielle de gaulthérie).
  • Étirements doux de la nuque.

Pour aller plus loin, je vous recommande également la lecture de cet article : Comment Soigner un Torticolis

Références :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4106848/

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cervicalgie/definition-symptomes-causes

https://www.cambridge.org/core/journals/canadian-journal-of-neurological-sciences/article/relationship-between-sleep-neck-muscle-activity-and-pain-in-cervical-dystonia/BC9F18B22027D6E6E310194DEE030701

Hidden Content

Pin It on Pinterest

Share This